Les différents usages de la courbe en S

Accueil/Fiches pratiques/Les différents usages de la courbe en S

Objectifs de cette méthode

La « courbe en S », ou « S Curve » ou « courbe logistique » est un outil de gestion de projet et surtout de suivi de projet. L’idée est de représenter graphiquement l’état d’avancement du projet.

On parle de courbe en forme de S car de manière générale, le projet suit cette forme de S avec un démarrage progressif, suivi d’une accélération, puis enfin d’un ralentissement lorsque le projet touche à son terme.

On trace cette courbe en phase d’avant-projet. On obtient alors une courbe prévisionnelle d’avancement du projet à laquelle on peut se référer au fur et à mesure de l’avancement du projet pour identifier les éventuels retards pris et donc maîtriser les éventuelles dérives.

La méthode des Courbes en S consiste à utiliser la notion de valeur Acquise. Celle-ci, soustraite à la dépense réelle constatée pour donner la variance coût, informe sur la situation économique du projet. Soustraite au Budget, elle fournit une information sur l’état calendaire du projet.

Elle repose principalement sur l’analyse de l’évolution des Dépenses réelles cumulées ou Coût Réel (CR) pendant le déroulement du projet.

Les différents usages de la courbe en S - gestion de projet

On ventile au préalable l’estimation du Budget global (VP) au moyen du planning prévisionnel par une prévision du flux des dépenses cumulées au cours du projet.

De même, on complète l’estimation du Coût global des Travaux Restant à Faire par la prévision de l’évolution de ce coût dans le temps.

Enfin, on évalue périodiquement la Valeur Acquise (VA) sur le Projet, c’est-à-dire la valorisation des travaux réellement effectués et physiquement constatés.

Interprétations de la courbe en S

L’axe horizontal représente le temps, et l’axe vertical, variable, représente un facteur lié à la performance du système. Cela peut par exemple représenter des quantités produites. On devine déjà à cette définition que la courbe en S d’un système dépend de ce que l’on observe. Ainsi, différents paramètres d’un système, représentatifs de fonctions particulières , auront des positionnements différents sur cette courbe.

Cette courbe est décomposée en trois grandes parties :

  • La première partie, infléchie vers le haut, représente le début de la vie du système.

Le système est jeune et très perfectible, et les évolutions sont rapides. Pendant cette période, le système améliore sa contrôlabilité, ses différentes parties s’ajustent et tendent à améliorer leur synchronisation.

  • La seconde partie, pratiquement linéaire, correspond à l’optimisation du système.

Il tend à se synthétiser, se simplifier. A l’issue de cette période, le système est optimisé et peu d’éléments peuvent encore être améliorés de manière significative. Par contre, des disparités apparaissent, et certaines parties du système limitent l’amélioration de celui-ci.

  • Latroisième partie de la courbe, le haut du S, correspond à la fin de l’évolution du système.

Des améliorations apparaissent encore, mais de façon moins marquée. La système est mature, et se stabilise à un optimum.

Cycle de vie d’un produit

Comme le montre l’exemple de la représentation graphique ci-dessous, le cycle de vie des produits se est en quatre phases : naissance, croissance, maturité et déclin.

Les différents usages de la courbe en S - Cycle de vie d'une offre 

L’évolution des ventes et de la taille du marché d’un produit en fonction du temps présente l’allure suivante :

  • Phase I – Produit naissant

On parle généralement de phase d’introduction.

C’est la période durant laquelle un produit pénètre le marché. Les bénéfices sont négatifs étant donné les coûts élevés de la vente.

  • Phase II– Produit en plein développement

On parle de phase d’expansion car le produit a réussi à conquérir une place sur le marché, les premiers bénéfices sont réalisés. La concurrence commence à s’intéresser au produit.

L’amélioration du produit sur la base de l’input du marché et des réactions des premiers utilisateurs peut aider à assurer un avantage sur la concurrence.

  • Phase III – Produit ayant atteint l’âge mûr

On parle de phase de maturation. Le volume des transactions du produit accroît énormément.

La part de marché diminuera généralement parce que la capacité de production l’innovateur est restreinte.

Peu de concurrents nouveaux, produit très rentable, demandant peu d’investissements.

  • Phase IV – Produit vieillissant

Progressivement, on rentre dans une La phase de saturation : le marché se sature, la concurrence s’accroît, les prix et le volume des transactions diminuent. Seules les entreprises les plus fortes peuvent affronter cette concurrence.

On observe une augmentation des coûts par surcapacité et finalement retrait du marché.

Pour aller plus loin sur ce sujet

Voir le livre intitulé  La Market Intelligence Appliquée à l’Art de la Vente Dans l’Entreprise 2.0 – Comment Améliorer la Performance Commerciale avec les Méthodes, Organisations et Outils de la « Market Intelligence »

  • Auteur : Max-Hubert BELESCOT
  • Broché: 490 pages
  • Editeur : Books on Demand (14 décembre 2012)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2810626588
  • ISBN-13: 978-2810626588
  • Dimensions du produit: 14,8 x 2,5 x 21 cm

   

2019-08-27T22:00:16+02:00
Go to Top